Les différences entre e-commerce et e-business

Avec l’accroissement des ventes en ligne, la digitalisation des achats et la multiplication des acheteurs au sein des entreprises, la frontière entre e-commerce et e-business est parfois floue pour certains utilisateurs. La dernière étude FEVAD / Médiamétrie de décembre 2021 indique que 48% des acheteurs connaissent les solutions e-business et que seulement 22% les utilisent. Ces taux passent respectivement à 73% et 33% dans le secteur de l’industrie. Alors qu’est-ce qui différencie ces deux concepts ? Le choix entre e-business et e-commerce est-il lié à l’organisation de l’entreprise ? Les deux ne seraient-ils finalement pas complémentaires ?

Différences ebusiness ecommerce

Article publié le 19/04/2022

E-commerce, vente et paiement en ligne

Le commerce électronique ou e-commerce fait référence aux transactions commerciales réalisées via internet, sur des sites web ou des plateformes de social media. On parle de e-commerce B2C (Business To Consumer) pour les particuliers, et de B2B (Business To Business) pour les entreprises.

L’internaute choisit ses produits ou services sur un catalogue mis en ligne sur le site du fournisseur. Il peut s’agir également d’une marketplace, c’est-à-dire d’un site multi-vendeurs regroupant plusieurs fournisseurs. Les fonctionnalités se limitent au catalogue et au panier d’achat.

L’e-commerce englobe ainsi la commande jusqu’au paiement en ligne. L’opération doit être digitalisée de bout en bout pour être considérée comme relevant du e-commerce.

E-business, achats et ventes en ligne

L’e-business est un moyen de faire des « affaires » via des moyens électroniques. Tout comme l’e-commerce, il s’agit d’une activité 100% digitale, mais celle-ci vise à optimiser l’ensemble du processus d’achat entre fournisseurs et acheteurs. L’e-business n’implique pas forcément du e-commerce, c’est-à-dire des ventes de biens ou de services à un client final.

L’e-business repose sur l’utilisation des technologies de l’information. Ce peut être un simple outil de gestion d’achat en ligne auto-administré, comme le PurchasingManagerTM développé par RS, ou encore des outils ou solutions logicielles intégrées dans l’ERP de l’entreprise.

Dans cette catégorie d’e-business, on retrouve l’e-procurement qui concerne toute la gestion administrative des approvisionnements d’une entreprise, depuis la stratégie de référencement des fournisseurs, appelée e-sourcing, jusqu’à la commande et la facture électroniques. Parmi les solutions d’e-procurement se trouvent aussi les catalogues hébergés, les catalogues Punch out et les logiciels de gestion des achats.

Quelles interactions entre e-commerce et e-business ?

Quand une entreprise réalise une vente en ligne dans une démarche d’e-commerce, elle peut en parallèle être amenée à effectuer un achat en ligne qui sera considéré comme de l’e-procurement. Différentes typologies d’achats existent, et l’objectif de la direction des achats est alors d’optimiser le coût de revient et le TCO (Coût Total d’Acquisition).

Autrement dit, une marketplace ou une boutique en ligne (webshop) peut tout à fait associer e-commerce et e-business. C’est justement ce qui engendre cette confusion entre les deux concepts.

En résumé, on entre dans la catégorie e-business à partir du moment où des indicateurs de performance sont mis en place, permettant d’améliorer les relations avec les fournisseurs, mais aussi le processus de vente, en termes de gestion administrative, commerciale, ou encore de gestion des stocks.

En conclusion, l’e-commerce répond aux objectifs commerciaux du vendeur, tandis que l’e-procurement est conçu pour l’acheteur et les services achats des entreprises. En réunissant les deux systèmes, l’efficacité et la rentabilité de l’entreprise s’en trouvent améliorées. D’un côté le service achats (les acheteurs) peut s’approvisionner avec un meilleur rapport qualité/prix, de l’autre le service commercial (les vendeurs) peut vendre avec de meilleures marges tout en fidélisant sa clientèle.

Différences ebusiness ecommerce

Pour approfondir

Pour en savoir plus sur ce sujet, nous vous proposons une sélection d'articles associés.

Les indicateurs de performance pour les e-achats

Les indicateurs de performance pour les e-achats

Stratégiques pour les organisations, les indicateurs de performance ou KPIs contribuent à l’amélioration continue des achats, en termes d’efficacité et de rentabilité. Avec la transformation numérique des entreprises – et la mise en place de solutions d’e-procurement –, les directions des achats ont plus que jamais recours aux KPIs pour optimiser leur processus d’achat.

Quelles sont les différentes typologies d’achats ?

Alors que les achats représentent en moyenne 60% du chiffre d’affaires d’une entreprise, diverses catégories et classes d’achats coexistent. Qu’il s’agisse de produits ou de services, d’achats directs ou indirects, voire sauvages, il convient de les identifier clairement et de les codifier. En quoi cette classification contribue-t-elle à l’optimisation des processus d’achats ? Comment la digitalisation des achats, avec l’e-sourcing et l’e-procurement, facilite-t-elle leur cycle de vie ?

Quelles sont les différentes typologies d’achats ?